• Rentrée littéraire, 2, ha ?

     

          Ho, mais dis, c'est qu'il est 22H et que j'ai fini de tapouiller mes cours, et que j'ai même du temps pour « bloguer », c'est impensable...faut dire aussi que je me suis retenue de regarder les derniers épisodes de Grey's Anatomy, mais bon, me voilà tranquille. Alors je m'en vais vous pondre, puisqu'en ce moment je me fais, un peu « la grande théoricienne des choses futiles du quotidiens », et qu'après avoir lu deux consœurs qui se sont sérieusement penchées sur « la théorie de la chute de la tartine beurrée », et sur « la conspiration des machines », et à la suite de mes précédents « essais » sur, « les nouvelles Barbies putes », « les à priori sur les chasseurs », « les pubs débiles »,  « les lois secrètes du QCM »,  et sur « l'incompréhension des mots », voici, en avant première mondiale, ma « « « théorie » » » (oui, le terme mérite bien six guillemets ) sur : «  la longueur des cheveux »....

        Avez vous déjà croisé dans la rue, au supermarché, de magnifiques petites fillettes aux cheveux superbes, aussi long qu'elles...et bien, figurez-vous que la majorité de ces petites, souvent aux grand damne de leur génitrice, décideront, à l'adolescence, de changer pour une coupe à la garçonne, à la Jeanne d'Arc dans le film de Luc Besson...L'inverse peut aussi sûrement se produire... prenons un exemple qui m'est proche, puisqu'il parle, de moi... il se trouve qu'une de mes meilleures amie d'école, que,  pour préserver son anonymat, nous nommerons Laura (haha, et comme vous ne la connaissez pas, vous ne savez mm pas si c'est son vrai prénom ou pas, an an !), cette jeune demoiselle avait donc de long long, long cheveux bruns, souvent attachés en natte, et dans laquelle sa maman piquait souvent de petites fleures des champs...je me rappelle à quel point j'enviais cette ondoyante chevelure, moi qui, après plusieurs contaminations de poux en maternelle, et le non talent de ma mère pour le peignage et les coiffures, avait était contrainte à porter la « coupe au bol »...dans mon cas, plutôt un saladier, la famille appèle ça « un carré »...et c'est donc ainsi qu'au collège, lorsque mon amie qui a décidé, entre autres choix foireux, d'autant plus graves, qui nous nous ont éloignées, de faire couper sa longue et magnifique crinière (qui trônait ensuite accrochée à la poignée de sa chambre, hum !! déco !), et qu'à cette époque je commençais à me laisser pousser les cheveux, que je considère maintenant comme le seul point positif de mon physique, et le symbole de la féminité par excellence...bien qu'il m'ai souvent était donné de croiser, pour l'exemple qui suit, la semaine dernière, des femmes au cheveux courts, et donc, en l'occurrence, une grande dame noire aux cheveux rasés, en robe blanche, qui était d'une grâce et d'une féminité rare...cette représentation me vient aussi sûrement de ma grand-mère que j'ai longtemps observé avec délice, détacher, puis peigner son chignon d'ébène, pour me laisser ensuite jouer avec, grimper sur ses genoux...

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Octobre 2006 à 00:19
    Décidemment !
    On est en phase marie-No, mon dernier billet parle aussi de cheveux... Moi je n'ai pas succombé à la coupe garçonne, et ma mère m'a épargné la coupe "saladier" (j'adore les expressions que tu sors !). Bref. Ayons les cheveux longs mais ne soyons pas des barbiputes. C'était le conseil du jour. En attendant de lire une autre de tes délicieuses théories, je te souhaite une bonne nuit !
    2
    Mercredi 11 Octobre 2006 à 18:23
    ...
    De toute façon celles qui ont les cheveux blouclés les veulent raides et vice versa, celle qui les ont long les veulent court et vice versa,... Cheveux dire pas là qu'en fait on est jamais contente de ce su'on a. Sinon, c'est vrai que les cheveux sont des symboles de la féminité, d'ailleurs, après la seconde guerre mondiale des femmes qui avaient vécu avec des Aallemands ot eu la tête rasée pour les humilier et leur enlever une partie de leur féminité. Pour moi les cheveux ne sont pas particulièrement féminins, ce sont surtout des poils de tête que je ne coiffe jamais et qui ressemblent à quelque chose en l'afro les dreads et les boucles anglaises (oui je sais mes cheveux sont laids !).
    3
    Marie-No
    Vendredi 13 Octobre 2006 à 15:46
    .
    Céleste: merci encore de ces compliments!!!et je crois que j'ai d'ailleur une autre théorie en préparatrtion, je ne me souviens plus laquelle, mais mon post-it, si... Nénuphar, je crois qu'on avait déja parlé de tes "poil de tête" une fois, nan? et puis, tu as raison, je payeré cher pr avoir les cheveux frisés! et ma meilleure ami qui les a frisé ne les suporte plus...m'enfin ce'st des cheveux de black, c'est encore pire à coiffer...sinon, pS, fidèles lectrices, je n'ai plus l'Internet à Poitier, il a fait orage et depuis la Live box march pu...
    4
    Mardi 17 Octobre 2006 à 17:57
    ...
    Attention j'attend le prochaine article !
    5
    Mardi 17 Octobre 2006 à 18:05
    ...
    Attention j'attend le prochaine article !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :