• Idées fixes.

     


           Je viens de regarder « Photo obsession », qu'on m'avais enregistrer l'autre jours...ça m'a plu, enfin plu, je sais pas si c'est bien le mot, si on l'entend comme enjoué, amusé, mis de bonne humeur, alors ce n'est pas du tout le cas... ça m'a touché ; je suis souvent comme ça vis-à-vis des films étranges comme ceux dont je parlais plusieurs articles en dessous, comme Tideland, c'est malsain, dérangent, et ici si pitoyable que ça m'en a touché, ému... j'explique le film quand même, même si je n'aime pas trop ça... c'est  un homme qui n'a pas de Vie. Comprenais, pas de famille, ni d'amis, de loisir, ni d'enfant, ni rien. Il n'a que son travail : il développe des photos dans un supermarché, donc il voit les images de tous ces gens, et s'est attaché à une petite familles « parfaite », dont il vit les moments de bonheur par procuration. La femme de cette famille est très belle et gentille avec lui. Lui, c'est un homme pervers et malheur, qui n'a donc rien d'autre dans la vie que d'essayer de se rapprocher de cette femme, et aussi de son fils, tout ce passe bien dans l'esprit vide et triste de cet homme, jusqu'au jours où, en regardant les photos d'une autre cliente, en découvre d'elle et du maris de la femme qu'il apprécie tant... je vous passe les détails, et vous laisse imaginer la fin. Ce qui me bouleverse dans cette histoire, outre le fait que j'aime la photo, ce qui m'effraie, c'est d'avoir une « vie » comme la sienne. De ne rien avoir, d'être seule, ou un peu comme ma mère qui, à 50 ans n'a plus aucune amie, pas de passion ( comme moi), ni de lien avec la famille éloignée pasque c'est comme ça, pas de frère et sœur, comme elle en a tant souffert, des parents qui n'écoute plus, une belle mère vieillissante et trop fière, un mari qui, comme elle le croit, la fuit, et une fille qui vient de partir à la fac, et qui ne paraît se préoccuper d'elle que lorsqu'elle a besoin de qqchose ; un travail qu'elle n'a pas choisi et qui ne lui apporte que des contrariétés, aucune reconnaissance...ça me fait peur, peur de perdre, ou de ne pas trouver ces « choses »  indispensable à une vie, je ne vais pas dire heureuse, mais saine, équilibré, enfin plus ou moins.

          Et je repense à la prof de psycho sociale, qui parle des « groupes de référence », du groupe « étudiant », de ces codes et normes, de ses pratiques... moi qui ne suit (encore) jamais aller à une soirée étudiante, moi qui n'aspire qu'à avoir une vie posée ; c'est fade, j'ai envie de travailler, d'avoir une maison, une famille. Je préfère inviter mes amies à dîner, même si nos conversations vont de la futilité extrême, au débat théologique... bon j'arrête là, je m'épancherais plus tard.

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Octobre 2006 à 08:51
    ...
    J'avais vu ce film au cinéma et j'avis bien aimé. Je vais essayer de le revoir bientôt. En fait, je me rappelle que pendant tout le film, il y avait un malaise, je ne me sentais pas bien, en fait c'est l'ambiance du film qui est bizarre. Sinon, moi non plus je ne suis jamais allé à une fête étudiante, mais je déteste les fêtes et les trucs de ce genre (festivals, concerts,...) en fait, je n'aime pas cotoyer les gens, je n'aime pas la foule. JE crois que beaucoup de critères du groupe étudiant ne me correspondent pas, pourtant je suis étudiante.
    2
    Marie-No
    Samedi 28 Octobre 2006 à 16:35
    .
    idem, et ça m'énerve d'entendre les profs nous rabacher ça tout le temps et dire qu'il suffit d'aller à tous ces CM et de relir un minimum ses cours pour réussir... enfin, si c'était si simple c'est ce que tt le monde ferait, et dans ce cas, moi qui ne loupe jamais aucun cours et qui en plus les retappe, je devrait alors avoir 17 de moyenne!!?? non, c'est pas possible...pi je vois pas pkoi s'inscrir à la fac si c'est pour pas aller en cours... je vais finir par passer pour 1 intello!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :